En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Le collège

MOTS ET MERVEILLES DE LA LANGUE FRANCAISE: cette semaine, "un CORNICHON sur la CORNICHE..."

Par VALENTINE TISSIER, publié le dimanche 24 novembre 2019 19:09 - Mis à jour le dimanche 24 novembre 2019 19:09
CORNICHE.webp

Corniche, cornichon ?!?

Notre article est dédicacé à mes latinistes de 4ème et notamment à Bastien qui, lors du cours sur l’architecture des temples romains m’a demandé si « corniche » était de la même famille que « cornichon »…

 

REPONSE : Non, Bastien ! Pas de rapport étymologique entre ces deux mots ! Mais l’histoire de chacun me permet de faire ici un petit article original.

 

D’où viennent ces mots ?

L’étymologie de « CORNICHE » est incertaine. Ce mot viendrait peut-être du LATIN « cornix », la corneille, le corbeau : le rapport étant assez flou et difficile à expliquer (même par les spécialistes) entre l’animal et nos sens actuels (que ce soit la corniche sur un bâtiment ou la corniche surplombant une falaise) mais il se peut que ce terme soit d’origine GRECQUE, « coronis », qui signifie « recourbé à l’extrémité ». Là encore, difficile de faire le lien avec notre CORNICHE ! Espérons qu’un jour le mystère soit levé sur l’origine de ce mot et que je puisse vous la conter.

Passons maintenant au cocasse « CORNICHON » dont l’étymologie, elle, est claire et connue : elle est latine et vient de « CORNU », la corne. En effet, le cornichon est le fruit d'une variété de concombre, de forme oblongue, terminé par deux pointes semblables à de petites cornes !

 

Le saviez-vous ?

« CORNICHON » est un mot polysémique en Français. Il désigne aussi une petite corne : les cornichons d'un chevreau par exemple ou les bois de jeunes cervidés, comme les rennes, les cerfs, etc. Vous ne verrez plus les petites cornes d’une jeune chèvre de la même façon, n’est-ce-pas ? Vous penserez à « cornichon » !

Et bien sûr, je vous souhaite de ne jamais être traités de « CORNICHON », messieurs (on peut dire « CORNICHONNE, rassurez-vous, mais c’est plus rare J !), cet homme nigaud que l’on dupe facilement.

 

Voilà, chers lecteurs, vous êtes à la pointe de l’étymologie grâce à la corniche et au cornichon !

Merci donc à mes chers élèves d’alimenter mes recherches et mes lectures grâce à leurs questions, parfois, très « inattendues » !

J’espère que vous aurez pris plaisir à découvrir quelque chose une fois de plus.

Très belle semaine.

 

Mme TISSIER